Genèse des chansons

Genèse des chansons

Rejette :

Début/fin : Novembre 2010/ Janvier 2011

  Après l’album Hakkas 47, sorti fin juillet 2009, j’avais comme idée de diversifier notre musique d’aller sur des instrus rocks par exemple (comme Disiz l'avait fait) Mais avec le recul et les critiques, il fallait surtout ralentir la cadence de nos flows, le nombre de mots par phrase, pour que ce soit plus compréhensible. Du coup, c'est vraiment la première chanson dont je suis entièrement satisfait, notre premier truc de vraiment propre. Avec l'instru de Rejette, on a rappé en articulant chaque mot avec un tempo lent, ce qu'on faisait pas auparavant.

Pour l'enregistrement, j'étais revenu à la Réunion fin 2010 et on a réussi à enregistrer la chanson et à faire le clip en 2 semaines ! On tenait vraiment à faire le maximum de clips pour avoir de la visibilité, pour que les punchlines soient comprises. Car pour l'album d'avant, on avait fait deux clips dont 1 avec des images recyclées, ce qui a limité notre impact. Le clip a été ensuite été réalisé par Kayo et on a sorti ça mi Janvier 2011.

  Concernant les paroles, en réécoutant récemment, je me demandais pourquoi on parlait de balles et de brolic (rires). Après je me suis souvenu qu'à l'époque j'écoutais Alibi Montana, Despo Rutti, Jour de Paye de Booba, des sons très street qui m'ont influencé pour l'écriture de Rejette. En tout cas, même si le concept est politique, je ne me suis pas vraiment cassé la tête pour les paroles, on enchaîne les punchlines sur différents thèmes. C'est en quelque sorte une chanson annonciatrice de l'album, pour montrer ce dont est capable.

 jaquettemilieu.jpg


Inspirations : Dr Dre : Kush
Despo Rutti : Dangeroots
Booba : Jour de Paye

 

Hydrogène :
 
Début/fin : Novembre 2010 - Juillet 2011

J'avais commencé l'écriture en même temps que Rejette je crois. Toujours dans l'optique de se renouveler, je voulais partir sur des instrus électro (non commerciaux) genre ce que faisaient DJ Medhi, les 113 avant. C'est pour ça que j'ai choisi (dans la première version, celle du clip) une instru atypique, d'un petit producteur indépendant.  

 Là encore, la thématique est assez large, centrée sur la révolte personnelle, du peuple. A l'époque, j'avais pas mal de punchlines en stock et je voulais surtout en sortir le maximum par chansons. On a commencé l'enregistrement en décembre 2010 avec Ze Big Matos, continué avec Kayo à Nantes en Avril 2011 et terminé en Juillet 2011 à la Réunion. Pareil pour le clip, dont une partie a été réalisé à Nantes (car Kayo ne pouvait pas rentrer). Là encore, le scénario avait demandé beaucoup de travail mais je suis satisfait du résultat parce qu'on a pu découvrir Nantes (rires). Par contre, les critiques pour la chanson en elle-même n'étaient pas terribles, notamment pour l'instru. Moi aussi avec le recul je le trouvais trop fade. La nouvelle instru, que j'avais dans mes tiroirs depuis l'album d'avant, est plus musicale et  s'adapte mieux à nos flows sur cette chanson

Inspirations :
Yeah Yeah Yeah : Runaway
Casey : Purger ma Peine
113 : Tonton des Iles
Master Bass : Encore un classique

Confusions :
 

 

Début/fin : Novembre 2010- Juillet 2011 

Le fameux sample, plutôt le demi sample de Bitter sweet symphony. Moi à la première écoute, ça ne m'a pas sauté aux oreilles, même si ça me disait quelque chose. Mais quand Kayo l'a entendu par la suite, il a passé 2h à chercher le titre du sample, avant de demander à des internautes, qui ont expliqué que c'est seulement un demi sample. Pour revenir à la chanson, on a enregistré les couplets en Décembre 2010, en même temps que Rejette et Hydrogène. Une partie du refrain a été fait à Nantes en Avril 2011 et l'autre en Juillet 2011 (Kayo ne rentrant pas à la Réunion). Je me souviens m'être pris la tête sur les mots du refrain. Présenté en bonus du clip d'Hydrogène ce même mois, c'est pourtant Confusions qui a eu de meilleures critiques qu'Hydrogène. Avec le recul, on aurait peut-être dû faire le clip de cette chanson.

Inspirations :
Soprano : Halla Halla
Sniper : Gravé dans la roche

747-974 :
  Après les 3 premières chansons de l'album, je ne savais pas trop où aller. J'avais bien des punchlines en stock mais je n'avais plus d'idée de thèmes. ça ne servait à rien de faire une chanson du même style que Confusions ou Rejette, on se serait répété. Du coup, je n'ai pas beaucoup écrit pendant 1 an. En juin 2012, je n'avais rien, que des brouillons, je me suis dit qu'il fallait que je m'y mette (rires). C'est alors que m'est venu l'idée de faire une chanson qui s'articulerait autour des aéroports, des avions. Non seulement c'était original, mais il y avait plein de punchlines à faire dessus, genre "l'air UMP s'est crashé, à force de pencher sur l'aile droite". Tout est venu facilement par la suite. Pour le clip aussi, les idées sont venues assez vite. Sur cette chanson, je suis satisfait pour la musicalité des flows, leur variété. J'étais sûr que ça allait être un tube. Mais à la sortie, on nous sort que la musique est redondante, lourde. Sur le coup, ça m'a vexé mais c'était la vérité. Pendant longtemps, j'ai donc cherché une instru de rechange mais il n'y avait alors plus autant de puissance, les flows ne swingaient plus. Jusqu'à que j'essaie cette musique avec accordéons, assez déroutante au premier abord, mais qui au final est parfaite sur cette chanson, pas trop agressive et collant bien aux flows.
 
Inspirations :
Notorious B.I.G : One More Chance
Kery James : Foolek
La Fouine feat Booba : Reste en Chien

 

 

Numerus Clausus :
 Début/fin : Janvier 2011 - Août 2012
 

  Pour beaucoup, c’est une de nos meilleures chansons à ce jour. Mais avec le recul, c’est presque étonnant qu’on soit arrivé à ce résultat, tellement j’avais eu du mal à finir cette chanson. Je me demandais même si elle sortirait un jour.  C’est Matos qui est à l’origine de la chanson et a écrit une partie, remonté par son échec  en 1ère année de médecine. En Juillet 2011, on enregistre son couplet (c’est d’ailleurs le seul enregistrement réalisé en 2011), sur un instru que Matos trouve « comique ». De mon côté, j’enregistre mon couplet que je trouve merdique avec le recul. Kayo est lui à Nantes… Bref, que de problèmes. La chanson reste donc en stand-by pendant un an, mon inspiration faisant défaut. Fin juin 2012, à 1 semaine de mon retour à la Réunion, en même temps que l’écriture de 747-974, je me suis remis à réécrire et réenregistrer complètement mon couplet, à trouver un refrain et le couplet de Kayo.

  L’autre problème majeur c’était de trouver une instru adaptée. C’est un record, j’ai dû en essayer au moins 10 ! En juin 2012, je pensais avoir trouvé le bon, on a tout enregistré en se basant dessus. Mais le refrain ne passait pas, je m’en suis rendu compte lors du mixage. Du coup, nouveau stand-by, alors qu’on voulait le sortir en même temps que 747-974. C’est finalement après le clip de 747-974 que j’ai fini pour piocher exactement ce qu’il fallait, c’était presque inespéré. Pour la musique, l’originalité, les refrains et surtout les flows, notamment celui de Matos, qui change toutes les 4 mesures

Inspirations :
RAS Welcome to 974
Fabolous : You Be Killin Them
Futur Crew - Chien Denis 2
Smoker : La roue tourne

 



Assiette de Pamphlets :

Début/fin : Juillet 2012-Aôût 2012 

C'est une de mes chansons préférées de l'album et pourtant, c'était loin d'être évident au départ. En vacances à la Réunion, juste après avoir fini le clip de 747-974, j'avais trouvé la thématique cuisine intéressante (inspirée des dîners presque parfaits et compagnie) et comme j'avais plein de punchlines et formules en tête, j'ai écrit les couplets,  L'écriture a dû se faire en 3 jours maximum (comme quoi il n'y a pas toujours besoin de beaucoup de temps), même si je pensais faire l'enregistrement l'année suivante. Mais peu après, on nous avait contactés (début Août 2012), après 747-974, pour une net tape avec un thème précis. J'avais pas d'idées sur le thème en question, du coup on a enregistré la chanson sur le thème de la cuisine dans la précipation, au cas où ça pourrait faire l'affaire. A la fin, j'ai décidé de ne pas l'envoyer pour la net tape car c'était trop décalé. On se retrouvait donc avec une nouvelle chanson faite en 2 semaines tout compris (rires). Techniquement, c'est pourtant une bonne expérience car on était sur un tempo très lent, ce qui nous a obligés à chercher de nouveaux flows. Par contre l'instru était pas terrible, comme me l'a répété 50 fois Kayo. Du coup, on ne l'a publié qu'en Janvier 2012 avec un clip fait d'images pour illustrer chaque punchline, avec une autre instru rock, mais qui ne nous satisfaisait pas entièrement, trop agressive. Et puis, en fouillant dans des vieilles instrus de l'époque d'anciens albums, j'ai trouvé la musique récemment qu'il fallait, à la fois très musicale et pas trop imposante, de sorte à laisser place à l'écoute des paroles. A l'époque, cet instru ne n'avait pas capté mon attention plus que ça, comme quoi la première écoute n'est pas toujours la bonne !

Inspirations :
Dry : Tout le monde à Terre
Jay Z : Nigga what Nigga Who

Capot Magic :
  J'avais bien aimé les chansons à concept comme 747-974 et Assiette de Pamphlets, et j'avais décidé cette fois de faire une chanson sur le permis, qui devait s'intituler au départ carton rose. Mais on avait rapidement étendu cette chanson aux voitures, car il y avait beaucoup de punchlines et formules à développer, encore plus que sur les avions. Comme pour 747, l'écriture qui s'est étalé sur plusieurs mois, Matos a aussi participé.
  Dans ce genre de chansons à concept, le plus dur n'est pas de trouver les punchlines, c'est de les formuler en un minimum de mots pour qu'ils s'adaptent au rythme de la chanson, de les faire "bouncer" pour le flow... D'ailleurs, on s'est vraiment pris la tête sur les flows, comme c'était l'une des dernières chansons, je voulais les varier le plus possible. On s'est même inspirés de vieux tubes ragga (rires). Dans la construction du morceau, c'est aussi différent, chacun ne fait pas son couplet dans son coin, Kayo vient couper Matos... Bref, c'est la conception plus que l'écriture qui a été longue. Pour le refrain, c'était également une prise de tête. Car si pour une fois je me suis arrêté assez rapidement sur une instru précise, on devait chanter d'une certaine manière sur le refrain, employer certains mots pour que ça soit juste, que ça soit en harmonie avec la mélodie... Et ça, on ne le voit qu'à l'enregistrement, à l'écoute, et pas lors de l'écriture des paroles (comme souvent). On a dû faire de nombreux essais lors de pour que ça soit juste. C'est pour ça aussi que j'ai utilisé l'autotune, pour que certaines notes sonnent plus juste. Mais pareil, on s'est pris la tête pour savoir sur quel mot l'utiliser, est-ce que c'est vraiment nécessaire à cet endroit... Au final, je ne sais pas ce qu'en penserait le public, mais je suis content du résultat, on n'aurait pas pu mieux faire. C'est aussi une bonne expérience vocalement, ça nous change de nos habitudes. D'ailleurs, comme j'étais emballé par l'autotune, au dernier moment avant la sortie de l'album, sur un coup de tête j'ai refait mon dernier passage (après celui d'Astra G) avec, en chantant très haut. ça a rajouté du punch sur ce passage qui en manquait.

Inspirations :
Futur Crew : Cabot Magic
James : Vanessa Magalie
Beat Assailant feat Oxmo : Justified
Dr Dre feat Snoop Dogg : Nuthin but a G Thang, 2 Pac : California Love, Raggatac : Raggatac,
Wu Tang Clan : Protect Ya Neck

Ovni :
Inspirations :
Orelsan : Entre Bien et Mal
Daft Punk : Instant Crush
Nas Damian Marley : Nah Mean
 
  C'était une des dernières chansons de l'album et je me rendais compte qu'on avait pas vraiment de chansons "personnelles", où l'on parle de nous. Hydrogène exprime plutôt la colère "collective", de la jeunesse. Au début, elle devait s'appeler "paradoxal". On a commencé l'enregistrement en février 2013 à Paris chez Kayo. Je m'en souviens parfaitement, car c'est une de ses meilleures performances vocales ! Est-ce parce qu'il était grippé ce jour là qu'il avait ce timbre de voix ? (rires). On avait posé sur une instru qui pour moi déchirait mais Kayo l'a trouvé ennuyante, on ne l'a donc pas gardé (de toute façon c'est le rappeur qui doit faire la chanson, pas l'instru !). Quant à l'air du refrain, c'est en écoutant une autre musique avec une voix samplée j'ai eu le déclic "ovni". Là encore, je n'ai pas pris l'instru mais l'air est resté. De même que sur Capot Magic, il y a de l''autotune sur le refrain. Ici, c'est à la fois parce que j'étais dans le tripe de Julian Casablancas sur "Instant Crush" de Daft Punk et pour chanter plus juste très haut.
 
C'était mieux avant :
  La chanson part de la phrase "Le rap c'était mieux avant", qui fait un certain buzz depuis quelques temps. Techniquement, c'est un beat rapide (108bpm), on avait pas rappé sur ce genre de prod depuis le début de l'album. Par rapport aux critiques de l'album précédent, on a vraiment fait attention à ne pas bourrer de mots chaque mesure, on a fait en sorte que ce soit compréhensible. Sur ces chansons rapides, on peut jouer avec le flow, on a donc pompé sur divers rappeurs, même si ce n'est jamais comme on le voudrait (rires) et qu'il faut toujours revoir sa copie en studio. On doit d'ailleurs souvent modifier les paroles dans l'urgence en studio...Cette fois-ci, on a l'instru choisi au début est restée la même et on a construit la chanson autour. L'air du refrain aussi est venu assez rapidement, on fallait ensuite s'appliquer à chanter juste.

Inspirations :
Sinik : 4-4-2
Kendrick Lamar feat Dr Dre : The Recipe
 


 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×